Dragon Ball, One Piece, Hunter x Hunter, vous pourrez bientôt regarder gratuitement des films classiques de 4 grands studios d’animation

Les studios d’animation tentent depuis des années d’endiguer la diffusion de contenus piratés sur Internet, sans grand succès. Après une lutte acharnée, il semble que certains aient changé de stratégie et décidé de prendre les choses en main. Même si leur anime est disponible gratuitement, du moment qu’ils le mettent en ligne eux-mêmes. Une stratégie qui peut avoir un impact énorme sur l’industrie dans son ensemble.

animelog

La chaîne Animelog a ainsi été créée le 30 juillet 2020, et une playlist semble être en préparation, bien qu’aucune vidéo ne soit actuellement disponible. Les studios suivants sont regroupés sous cette bannière :

  • Animation Toei (Une pièce Dragon Ball)
  • Kodansha (Fairy Tail, Ghost in the shell, complexe autonome)
  • Animation japonaise (Peter Pan, Chasseur X Chasseur)
  • Tezuka Productions (Fils d’Astro, Roi Lion)
  • Shogakukan – Shueisha Productions (Pokémon)
  • Animation Shinei (Dororonpa, Stitch ! : Amis pour toujours)

Cette chaîne est destinée, comme décrit, à montrer aux gens “l’animation familiale et l’animation classique”, nous avons donc hâte de voir certains des anciens titres emblématiques du studio, qui rappellera quelques-unes des plus belles années du Club Dorothée.

L’anime ne sera disponible que dans la version originale, mais des sous-titres en anglais et en chinois sont prévus pour les téléspectateurs étrangers.

Stratégie surprenante

La présence sur Youtube de tant de studios d’animation japonais est surprenante étant donné qu’il s’agissait d’un média avec lequel ils avaient très peu de contacts dans le passé. Certains studios comme Toei ont déjà des chaînes YouTube, mais généralement avec peu d’abonnés et de contenus, souvent limités à des bandes-annonces. En revanche, si l’on s’est penché sur le développement des possibilités de streaming légal ces dernières années (DNA, Netflix, Crunchyroll, etc.), il s’agit très souvent d’un service d’abonnement payant, très différent du modèle économique de YouTube.

Il est donc nécessaire de nuancer quelque peu l’énoncé. Il est fort probable que l’anime proposé sur la chaîne YouTube ne soit pas le plus gros succès du studio en ce momentqui ont souvent déjà des contrats de diffusion avec des services de streaming officiels et qui sont susceptibles de motiver les téléspectateurs à payer équitablement ces abonnements. En revanche, cette chaîne peut être l’occasion pour le studio de retrouver un vieux succès : les playlists au nom de la série Remy sans famille déjà fait, bien qu’il n’y ait actuellement aucune vidéo disponible. Cela permettra aux studios d’offrir une passerelle vers leur catalogue, que les téléspectateurs peuvent emprunter gratuitement avant d’avoir à payer pour accéder aux derniers et meilleurs anime.

Cette stratégie est similaire à celle employée par Shueisha en termes de publication hebdomadaire de chapitres de manga. Alors que certains sites proposaient auparavant de lire des scans légalement et avec des traductions officielles en échange d’abonnements ou d’achats de chapitres, la plupart des scans sont toujours lus gratuitement sur des plateformes illégales, souvent avec des traductions approximatives. Pour résoudre ce problème, Shueisha a récemment lancé Mangaplus, un site qui répertorie toutes les parutions de ses magazines telles qu’elles ont été publiées au Japon. Ainsi, il y a les 3 premiers chapitres et les 3 derniers chapitres de chaque manga publié par l’éditeur, donnant ainsi envie aux lecteurs d’acheter la version reliée s’ils veulent la lire en entier, sans obliger les fans à attendre des mois pour lire la suite. de l’histoire.

Ce changement est le signe d’une nouvelle stratégie mise en place par les entreprises japonaises. La volonté de fédérer le public est forte, mais cela peut éventuellement entraîner des problèmes avec, par exemple, certains diffuseurs étrangers. Des éditeurs de mangas comme Glénat, par exemple, ont protesté contre la création du site Mangaplus, accusant Shueisha de porter atteinte à leur marché. A voir comment ça va évoluer.

Leave a Comment

%d bloggers like this: