Emmanuel Macron et le manga One Piece, une histoire d’amour intéressante

Le président républicain a fait un clin d’œil à l’appétit des jeunes pour les mangas, grands gagnants de la culture des diplômes. Et ignoré sans hésiter la nature de leur protestation.

Le discours politique aime les citations. Sur le podium, références, hommages, clins d’œil et autres salutations dialectiques explosent, puisant à chaque instant dans le répertoire historique et littéraire, français et étranger. On appelle Platon, on récite La Boétie, on ignore Tocqueville et on détourne Simone de Beauvoir. Il n’y a rien de plus facile pour détruire un tel ministre ou maintenir une telle politique. Il en est de même dans la dernière citation pop qu’Emmanuel Macron insère : le tome manga Une pièce glissa aux côtés du Général et d’Hélène Carrère d’Encausse. D’innombrables manœuvres.

Lundi, le réseau social du président de la République a mis en ligne une photo saluant l’élargissement de la carte culturelle aux 15-17 ans. Objet de communication insolite, condensé en annoncer placé sur la table présidentielle. A droite du plan, la présence du centième volume d’un conte littéraire japonais n’est pas immédiatement perceptible. Le volume se cachait, presque, sous l’amas formé par Mémoires le général de Gaulle, deEspoir pour la Francepar Hubert Germain et par siècle d’éternité, l’histoire de l’Académie française écrite par son secrétaire permanent. Mais les fans du manga d’Eiichiro Oda, publié depuis 1997 au Japon, ne s’y trompent pas.

“Mdrrr volume caché d’une seule pièce pour que les jeunes choisissent.. Tu ne nous auras pas Manu”, “Il pense qu’il nous pêche”, “Arrêtez cette reprise ignoble”. De nombreux détracteurs en début de semaine se sont emparés d’emblée de la référence, se faufilant dans les publications du président, parfois avec surprise, parfois avec malveillance.

VOIR ÉGALEMENT – “C’est vraiment un coffret” : le 100e tome de la série One Piece disponible en librairie

Cela n’a pas empêché le mot-clé #OnePiece d’avoir tendance sur Twitter lundi, un signe clair de buzz. Parmi ces commentaires, certains se sont interrogés, plus largement, sur le rapport d’Emmanuel Macron aux valeurs véhiculées par ce conte de pirates. Autrement dit : le macronisme est-il compatible avec l’idéalisme libertaire, voire anarchiste ? Une pièce ?

Aventure contre les institutions

(Emmanuel Macron) sait-il même que Luffy (personnage principal du manga, NDLR) et son équipage contre ses semblables, derrière le « dragon céleste », l’oligarchie, qui maintient la population dans l’injustice, la pauvreté et la violence ?C’était le scandale d’un internaute sur Twitter, qui soupçonnait le président de jouer avec les sentiments de jeunes lecteurs qui ne comprendraient pas l’essence du manga. « Avez-vous déjà ouvert Une pièce ?”a demandé un autre fan. “Tu es tout ce qu’il combat…” “Une pièce, c’est l’équipe, l’amitié, l’aventure, l’amour et la justice contre la terrible injustice ! Vous ne l’avez pas ! ”en colère enfin un troisième internaute.

Les préoccupations de certains lecteurs ne sont pas tout à fait aléatoires. Comme d’autres grands mangas de ces vingt dernières années, comme Eau de Javel, naruto ou, récemment, Tueur de diable , Une pièce est une histoire d’introduction.

Le jeune capitaine, Monkey D. Luffy, se lance dans une aventure à travers les mers et les océans à la recherche d’un trésor légendaire. Mais son odyssée n’est pas facile et il profite du voyage pour renverser l’ordre rigide établi par divers groupes de pirates, de puissants pirates et d’amiraux confinés dans les bottes du gouvernement mondial corrompu. Face à ses factions, Luffy prend les devants “armée révolutionnaire” dont le but est de renverser l’ordre mondial. Et le fameux Heavenly Dragon évoqué par les internautes, le clan népotique qui règne sur l’univers manga.

Culture des jeunes et carte son

Très réfléchi et peu bavard, comme tous les mangaka célèbres, Eiichiro Oda ne semble pas commenter directement cet anarchiste, ou du moins le ton révolutionnaire de son œuvre. Ce n’est pas moins transparent pour certains lecteurs. Des électeurs – réels ou en devenir – qui s’étonnaient de voir défiler le président de la République dans un manga qui, finalement, n’était pas moins incitant que V pour Vendettaclub de combat . Deux autres œuvres anti-étatiques – extrêmement populaires auprès des adolescents – qui ne devraient pas se retrouver de si tôt dans le musée imaginaire élyséen.

Réel ou non, l’attachement d’Emmanuel Macron à Une pièce représente avant tout l’attachement à une graduation culturelle réussie. Le dispositif lancé en 2021, qui propose 300 euros de consommation culturelle pour tous les jeunes de 18 ans, est marqué par une envolée généralisée du manga. Un produit culturel très populaire auprès des jeunes et dont les ventes ont connu une augmentation significative depuis l’été dernier. Cette croissance a été rentable Une piècedont l’éditeur français Glénat a également organisé en grande pompe, en décembre, la sortie du manga canonique tome 100. Le combo titré qui est déjà le plus vendu du genre en France.

Quelques semaines après le lancement du billet culturel, le président s’est pourtant fait l’écho du formidable succès rencontré par la vente de mangas lors de son voyage au Japon, en partageant sur ses réseaux sociaux une image offerte et signée par… Eiichiro Oda. “Intéressé par Une pièceJe partage avec vous l’image originale offerte par l’auteur”, s’exclamait Emmanuel Macron en juillet 2021. Une communication qui a brièvement semé le doute chez les fans sur le réel intérêt porté au travail du chef de l’Etat.

VOIR ÉGALEMENT – McFly et Carlito : Macron s’est-il embarrassé ?

Leave a Comment

%d bloggers like this: